#environnement – À Paris, bientôt un immeuble-forêt.

En 2014, Milan (Italie) inaugurait le « Bosco verticale », ou « Forêt verticale », complexe architectural imaginé et porté par l’architecte Stefano Boeri. Composé de deux tours, il doit son nom aux 20 000 arbres et plantes qu’il accueille, soit l’équivalent de deux hectares de forêts, mais en pleine ville, et à la verticale…  Un concept qui n’a pas tardé à faire des émules et à s’exporter…  

Au-delà de la dimension esthétique indéniable du projet, ce concept d’intégration écopaysagère du bâti séduit en effet par son aspect novateur et la solution anti-pollution qu’il représente pour les grandes villes.

Après La Suisse, les Pays-Bas et la Chine, c’est ainsi au tour de Villiers-sur-Marne, près de Paris, de se doter de son poumon vert : « La Forêt blanche ».

Le projet ? Un ensemble de cinq tours végétalisées dont la plus haute tour s’élèvera à 54 mètres de haut, et qui accueillera l’équivalent d’un hectare de forêt. À l’intérieur, des commerces, des bureaux, mais également des logements : 640 appartements et résidences étudiantes allant de deux à cinq pièces.

Le chantier démarrera courant 2019 et devrait durer 5 ans, pour une inauguration prévue en 2024.

Face à l’urgence climatique, Stefano Boeri témoigne ainsi une nouvelle fois de la nécessité de réinventer la ville, tout en exprimant son art. Chapeau l’artiste !